Contenu | Menu

Chaires d'entreprise EM Strasbourg
Autres sites
Chaires d'entreprise EM Strasbourg

Mécenat. Le soutien fidèle du groupe Mazars, une aide précieuse pour l’EM Strasbourg

Publié le 19 mars 2019, Mis à jour le 20 mars 2019

Depuis 2013, le cabinet d’audit et de conseil Mazars soutient l’EM Strasbourg business school et plus particulièrement la Chaire Gouvernance et transmission d’entreprises familiales. Un partenariat qui permet à la chaire de financer les projets de recherche et les formations sur ce thème qui font sa réputation. Pour Mazars (23.000 collaborateurs dans 91 pays, 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires), ce soutien souligne l’engagement du cabinet auprès des entreprises familiales françaises, PME et ETI, confrontées au défi de leur pérennité à travers une transmission réussie.

Il s’agit de la troisième convention de mécénat signée entre la chaire de l’EM Strasbourg business school -représentée par la Fondation de l’université de Strasbourg- et le cabinet d’audit et de conseil Mazars. Ce renouvellement régulier souligne l’intérêt partagé par ces deux institutions sur le thème de la gouvernance et de la transmission d’entreprises familiales. C’est en effet cette chaire, créée en 2011 et dirigée par Patrice Charlier, qui est directement concernée par ce soutien. « Depuis 2013, Mazars est à nos côtés et son aide financière nous a permis de renforcer la Chaire dans ses dimensions recherche et formation », témoigne Patrice Charlier. Le financement, qui représente 50.000 euros par an depuis 2013, apporte une visibilité certaine à ses équipes qui ont ainsi été régulièrement renforcées par des doctorants, post doctorants et ingénieurs de recherche pour initier et faire avancer les travaux autour de cette thématique. Un accord gagnant-gagnant et stimulant pour les deux parties. Ainsi, l’accueil d’un doctorant en 2014, en provenance de l’Université de Mons, en Belgique, a permis de mener des travaux de recherche intitulés ‘Le financement et la transmission de l’entreprise familiale : l’introduction en bourse est-elle une bonne solution ?’. C’était, à l’origine, une demande du bureau de Lyon de Mazars. Cet exemple illustre parfaitement l’interaction souhaitée d’un côté comme de l’autre.


La transmission, un enjeu souligné par les équipes de Mazars en France



Dans le même esprit et tout récemment, c’est l’association internationale des Hénokiens -réunissant les entreprises familiales et bicentenaires- qui s’est tournée vers la Chaire et Patrice Charlier pour une étude sur l’entreprise Beligné, maison de coutellerie fondée en 1610 au service de laquelle se sont succédé 14 générations, toutes soucieuses de préserver le patrimoine familial. Les résultats de ces travaux seront présentés le 15 juin prochain à l’INSEAD lors du Family Enterprise Day réunissant les Hénokiens. « Quand nous avons démarré ce partenariat, nous l’avons fait parce que nous nous sommes rendu compte qu’il y avait peu de propositions d’un point de vue académique sur le thème de la gouvernance et de la transmission d’entreprise familiale », abonde Philippe Castagnac, PDG de Mazars, « alors que c’est un thème qui remontait déjà régulièrement parmi nos équipes. Nous avions besoin de pouvoir nous appuyer sur des travaux de recherche, comme ceux qui étaient déjà entamés à l’EM Strasbourg, pour pouvoir conseiller nos clients ».

Des formations spécifiques



« C’est aussi grâce au soutien de Mazars que nous avons pu mettre en place un groupe de réflexion ouvert aux dirigeants de PME et ETI familiales du Grand Est, qui se réunit tous les trimestres », poursuit Patrice Charlier, « un lieu unique pour échanger en toute confidentialité et entre pairs sur les problématiques qu’ils rencontrent, pour partager des solutions ». Là encore, cette initiative est un magnifique exemple de synergies générées par ce partenariat : au contact régulier de ces dirigeants, Mazars comme l’EM Strasbourg peuvent détecter les signaux faibles de leurs préoccupations et, du coup, orienter leurs recherches comme leurs services. La chaire a également pu lancer une offre de formation courte (cinq jours) dédiée aux Jeunes repreneurs d’entreprises familiales. Depuis 2016, elle accueille chaque année une dizaine (dont un tiers de femmes) de jeunes âgés de 25 à 40 ans destinés à reprendre les rênes d’une affaire familiale. Une formation unique en France qui permet de travailler sur la dimension émotionnelle d’un tel contexte, mais aussi sur le leadership et la nécessité de se faire un prénom après des années, parfois des décennies de contrôle de l’entreprise par un père ou une mère. « Même si nos ‘étudiants’ sont souvent déjà à des postes de responsabilité, ce n’est pas simple, d’autant que les parents sont encore souvent à la tête de l’entreprise… », ajoute Patrice Charlier. Une initiative qui fait écho à la philosophie de Mazars : « Depuis toujours, nous avons accordé une priorité absolue à la formation et à la transmission des savoirs », rappelle Philippe Castagnac. Ce mécénat entend donc contribuer à améliorer les connaissances sur les grands enjeux liés à la gouvernance et à la transmission des entreprises familiales. Un sujet qui devrait être prioritaire en France, où seules 15% des transmissions d’entreprises se font dans ce cadre. Un chiffre bien faible au regard des bienfaits souvent constatés : développement de l’entreprise, pérennité de sa structure juridique, conservation de son savoir-faire… Toutes ces clés qui ont permis à l’Allemagne, à titre de comparaison, de se doter d’un tissu d’ETI particulièrement dense, les fameuses Mittelstand.


Pierre Gratton : du Québec à Strasbourg, grâce à Mazars



Effet concret du soutien financier de Mazars à l’EM Strasbourg business school, un poste de chercheur post-doctorat a été ouvert au sein de la Chaire Gouvernance et transmission d’entreprises familiales. Venu de l’Université du Québec à Trois-Rivières où il a obtenu un PhD sur la Négociation dans la transmission/reprise d’entreprise, Pierre Gratton a démarré début janvier et pour un an des travaux de recherche similaires ciblés sur le cas des entreprises familiales françaises. « Dans un contexte familial ou pas, trouver les financements pour la reprise n’est pas le plus compliqué », justifie-t-il, « le plus difficile est de négocier ». A fortiori dans un contexte familial qui peut avoir une forte charge émotionnelle. Pierre Gratton se félicite de l’opportunité qui lui est ainsi donnée de venir en France : « Sur le thème de la transmission d’entreprise, la recherche académique française a 10 ans d’avance sur le Québec », assure-t-il. Le financement de Mazars contribue ainsi à tisser du lien entre deux territoires éloignés, mais qui ont beaucoup à partager et à apprendre l’un de l’autre.

Formation Jeunes repreneurs d’entreprises familiales



Charlotte Barrière : « Une formation qui m’a donné confiance en moi » Stagiaire de la formation qui s’est déroulée d’octobre 2017 à mai 2018, Charlotte Barrière doit reprendre la direction du groupe familial vosgien Ets BARRIERE (320 salariés dans les travaux publics, l’extraction de granulats, la fabrication de produits granit, le béton prêt à l’emploi et manufacturé). « Il n’y a pas de date programmée », explique celle qui évolue dans le groupe depuis 13 ans, « mais lorsque je serai aux commandes, je prendrai la succession de mon père, celle de mon grand-père et de mon arrière-grand-père ». Comme pour mieux mesurer le poids de cette responsabilité dans une filière plutôt masculine, d’autant que Charlotte Barrière a un profil plus financier qu’ingénieur. Qu’importe ! Elle veut « être à la hauteur » et c’est dans cet objectif qu’elle a suivi la formation Jeune repreneur d’entreprises familiales de l’EM Strasbourg business school. Rencontrer d’autres dirigeants confrontés au même défi, échanger sur les bonnes pratiques, apprendre à mieux se connaître et les postures à adopter dans l’entreprise pour se faire un prénom… « C’est une formation utile qui aide à prendre confiance en soi, à découvrir quel dirigeant on est et comment renforcer sa légitimité », détaille-t-elle. Soit les ingrédients d’un passage de témoin réussi.

Crédits photo : Bartosh Salmanski / 128DB - Le 18 mars dernier s’est tenue dans les locaux de l’ISIS de l’Université de Strasbourg la cérémonie de remerciement du mécénat Mazars en présence des différentes parties prenantes : Groupe Mazars, Université de Strasbourg et l'EM Strasbourg
Partagez ! Recommandez !

Liens directs
Suivez-nous
EM Strasbourg Business School
61 avenue de la Forêt-Noire
F-67085 Strasbourg Cedex, France
Tél. : 03 68 85 80 00
>
Plan d'accès
PARTENAIRES
  
 
Image de fond

Connexion